Lexique de la partie B du thème 3.

Chapitre 1 : Les réflexes myotatiques, un exemple de commande nerveuse du muscle.

Acétylcholine : neuromédiateur produit et libéré au niveau des synapses neuromusculaires. Sa fixation sur la membrane musculaire provoque la naissance d’un potentiel d’action musculaire.

 

Fuseau neuromusculaire : récepteur sensoriel du muscle sensible à l’étirement.

 

Jonction neuromusculaire : synapse entre un neurone moteur et une fibre musculaire (synonyme : plaque motrice).

 

Message nerveux : information véhiculée par l’intermédiaire des neurones. Le codage de cette information est assuré par la fréquence des potentiels d’action se déplaçant le long de la membrane plasmique des neurones.

 

Message nerveux afférent : (ou sensoriel) message nerveux issu d’un récepteur sensoriel (fuseau neuromusculaire par exemple) et porté par un neurone sensoriel.

 

Message nerveux efférent : (ou moteur) message nerveux porté par un motoneurone, pouvant déclencher la contraction d’un muscle et être à l’origine d’un mouvement.

 

Moelle épinière : centre nerveux prolongeant l’encéphale au niveau du cou et du tronc, logé dans le canal vertébral.

 

Motoneurone : neurone dont le corps cellulaire est situé dans la substance grise de la moelle épinière, qui innerve une série de fibres musculaires et permet leur contraction.

 

Neurotransmetteur : (ou neuromédiateur) molécule produite par un neurone et permettant la transmission du message nerveux au niveau d’une synapse.

 

Potentiel d’action : inversion transitoire de la différence de potentiel entre l’extérieur et l’intérieur d’un neurone (dépolarisation). Le message nerveux véhiculé par un axone est une succession (ou train) de potentiels d’action de fréquence donnée.

 

Stimulus : modification d’un paramètre susceptible d’être détectée par une cellule excitable.

 

Substance agoniste :

 

Substance antagoniste : substance se fixant sur les mêmes récepteurs cellulaires qu'une substance de référence, en empêchant celle-ci de produire tout ou partie de ses effets habituels.

 

Synapse : zone de connexion entre deux neurones, ou entre un neurone et une fibre musculaire.

Chapitre 2 : Motricité, volonté et plasticité cérébrale.

 

Aire motrice : région localisée du cortex cérébral (zone de faible épaisseur recouvrant la totalité du cerveau) qui participe à la planification, au contrôle et à l’exécution des mouvements volontaires. L’ensemble des aires motrices forme le cortex moteur.

 

AVC : (accident vasculaire cérébral) trouble de la circulation sanguine irriguant un territoire du cerveau, par exemple rupture d’un vaisseau ou obstruction d’une artère par un caillot.

 

Cortex cérébral : partie superficielle du cerveau constituée de substance grise et formée de six couches superposées de neurones interconnectés.

 

Intégration des messages nerveux : propriété d’un neurone consistant à réaliser à tout instant la sommation de toutes les influences reçues au niveau de l’ensemble de ses contacts synaptiques.

 

Paralysie : incapacité à commander un mouvement.

 

Plasticité cérébrale : capacité du cerveau à se réorganiser sous l’effet de stimulations reçues, une rééducation ou d’un apprentissage.

 

Sommation spatiale : opération qui consiste, pour un neurone, à faire la somme algébrique de toutes les influences, excitatrices ou inhibitrices, reçues de différentes synapses au même moment.

 

Sommation temporelle : opération qui consiste, pour un neurone, à faire la somme algébrique de toutes les influences, excitatrices ou inhibitrices, reçues au niveau d’une synapse de manière rapprochée dans le temps.

 

Synapse : zone de connexion entre deux neurones, ou entre un neurone et une fibre musculaire.

 

Synapse excitatrice : synapse qui tend à faire naître un message nerveux dans le neurone postsynaptique.

 

Synapse inhibitrice : synapse qui tend à s’opposer à la naissance d’un message nerveux dans le neurone postsynaptique.

 

×