Correction du 1TD3.

Etudes des documents

Correction 1td3Correction 1td3 (2.57 Mo)

la polyploïdisation.

Un individu est dit polyploïde s’il possède plus de deux jeux complets de chromosomes. Ainsi, par la combinaison d’au moins deux génomes existants, de nouvelles espèces apparaissent. Elles présentent des combinaisons de génomes originales et donc des caractéristiques nouvelles propres. De la diversification a donc été générée.

Les transferts horizontaux de gènes

Un gène peut être transféré d’un individu à un autre, que ce dernier appartienne à la même espèce ou non. Nous connaissons actuellement plusieurs mécanismes expliquant de tels transferts, comme les transferts par voie virale. L’individu receveur subit donc une modification de son génome et son phénotype peut en être modifié.

L’importance de ces transferts semble variable puisque le génome humain contiendrait 10 % de séquences d’origine virale et le génome du maïs 50 %. Ces pourcentages, loin d’être anecdotiques, sont cependant une approche quantitative ; l’approche qualitative de l’importance évolutive des transferts horizontaux est beaucoup plus complexe.

Les gènes du développement et les plans d'organisation.

La plupart des animaux, même éloignés phylogénétiquement, partagent des familles de gènes architectes. Ces gènes, impliqués dans la régulation de l’expression d’autres gènes, permettent la construction de plans d’organisation différents.

Ces gènes dérivent de gènes ancestraux communs et présentent de fortes homologies de séquences.

Les gènes du développement et la morphologie.

Comme les autres gènes, les gènes du développement s’expriment à un moment donné, dans certaines cellules, avec une certaine intensité et pendant un temps donné. Des variations des caractéristiques d’expression auront des incidences sur le développement des parties d’organismes touchés par ces gènes et modifieront les caractéristiques morphologiques des individus. Ainsi, des variations d’expression des gènes du développement peuvent être à l’origine d’une diversification des êtres vivants.

La symbiose.

Des associations entre êtres vivants peuvent permettre à ceux-ci de modifier leur croissance (cas des mycorhizes), de produire de nouvelles molécules (cas des Champignons des lichens), de produire de nouvelles structures (cas des Champignons en symbiose avec des fourmis), de produire de nouveaux comportements (cas des Anémones en symbiose avec des Algues). Par ces associations, de la diversité phénotypique est créée alors que le génomes des êtres vivants impliqués ne sont pas modifiés.

×