DS 1

Exercice 1 : Synthèse .Le syndrome « triplo X », un exemple de diversité du vivant

Extrait du sujet de Pondichéry session 2015

 

Eléments de correction.

 

Critères

Indicateurs

Démarche

Problématique :

Comment, normalement, la méiose et la fécondation maintiennent la stabilité du caryotype ? Comment expliquer la présence de trois chromosomes X chez Louise ?

Conclusion :

  • La méiose et la fécondation sont deux mécanismes complémentaires. La méiose permet la réduction du nombre de chromosomes au cours de la formation des gamètes et la fusion de ces cellules haploïdes au cours de la fécondation rétablit la diploïdie.
  • Il peut se produire des anomalies dans la disjonction des chromosomes X ou des chromatides au cours de la méiose. Le gamète issu d’une telle anomalie possède deux chromosomes X. S’il est utilisé au cours de la fécondation, le zygote obtenu possédera 3 chromosomes X.

Schémas :

  • Méiose normale (avec chromosomes X et une paire d’autosomes)
  • Fécondation (avec spermatozoïde contenant un X et une paire d’autosomes)
  • Méiose avec les disjonctions anormales

Eléments scientifiques

  • La méiose permet la production de cellules haploïdes à partir d’une cellule diploïde, grâce à une réduction du nombre de chromosomes.
  • A l’anaphase I, les chromosomes homologues se séparent.
  • On obtient deux cellules haploïdes avec chacune un chromosome sexuel.
  • A l’anaphase II, les chromatides de chaque chromosome se séparent.
  • On obtient 4 cellules haploïdes avec des chromosomes monochromatidiens.
  • La fécondation correspond à la fusion de deux gamètes haploïdes.
  • On obtient un zygote diploïde.
  • On se place chez la mère de Louise, qui possède 2 chromosomes X.
  • Au cours de l’anaphase I de la méiose qui produit ses gamètes, il peut y avoir non disjonction des chromosomes X.
  • On obtient au final 2 gamètes avec 2 chromosomes X et 2 gamètes sans chromosome sexuel.
  • S’il y a fécondation avec ces gamètes, il y a 50% de risque que l’enfant obtenu soit triploX.
  • Au cours de l’anaphase II de la méiose qui produit les gamètes de la mère, il peut y avoir non disjonction des chromatides.
  • On obtient au final 1 gamète avec 2 chromosomes sexuels, 1 gamète sans chromosome sexuel et 2 gamètes avec 1 chromosome sexuel.
  • S’il y a fécondation avec ces gamètes, il y 25 % de risque que l’enfant obtenu soit triploX.

 

 

Exercice 2 : Le cri du rhinolophe de Mehely

Extrait du sujet de Pondichéry session 2017.

 

1. Les résultats expérimentaux présentés dans le document 2 indiquent que les femelles testées atterrissent :
□ davantage dans le compartiment 1.
⇒ davantage dans le compartiment 2.
□ indifféremment dans chacun des deux compartiments.
□ exclusivement dans le compartiment 2.

 

2. Les résultats de l’expérience présentée dans le document 2 indiquent que :
□ les rhinolophes de Mehely mâles sont attirés par les rhinolophes de Mehely femelles émettant les cris les moins aigus.
□ les rhinolophes de Mehely mâles sont attirés par les rhinolophes de Mehely femelles émettant les cris les plus aigus.
□ les rhinolophes de Mehely femelles sont attirés par les rhinolophes de Mehely mâles émettant les cris les moins aigus.
⇒ les rhinolophes de Mehely femelles sont attirés par les rhinolophes de Mehely mâles émettant les cris les plus aigus.

 

3. Le graphique du document 3 indique que :
⇒ plus un mâle émet un cri aigu plus son degré de parenté avec les autres membres de la colonie est fort.
□ plus un mâle émet un cri aigu plus son degré de parenté avec les autres membres de la colonie est faible.
□ moins un mâle émet un cri aigu plus son degré de parenté avec les autres membres de la colonie est faible.
□ la fréquence du cri d’un mâle est indépendante du degré de parenté avec les autres membres de la colonie.

 

4. La mise en relation des documents 2 et 3 indique que les mâles avec un cri à :
□ haute fréquence sont davantage choisis comme partenaire de reproduction par les femelles ce qui leur confère une faible descendance.
⇒ haute fréquence sont davantage choisis comme partenaire de reproduction par les femelles ce qui leur confère une descendance nombreuse.
□ basse fréquence sont davantage choisis comme partenaire de reproduction par les femelles ce qui leur confère une faible descendance.
□ basse fréquence sont davantage choisis comme partenaire de reproduction par les femelles ce qui leur confère une descendance nombreuse.

 

5. D’après le document 1, le cri à haute fréquence des rhinolophes de Mehely est un caractère :
□ appris par les jeunes rhinolophes de Mehely parce qu’il favorise la chasse des insectes.
□ appris par les jeunes rhinolophes de Mehely bien qu’il soit défavorable à la chasse des insectes.
□ déterminé génétiquement et favorable à la chasse des insectes.
⇒ déterminé génétiquement et défavorable à la chasse des insectes.

 

6. La persistance d’un cri à haute fréquence de génération en génération chez les rhinolophes de Mehely résulte :
□ d’un phénomène d’apprentissage.
□ d’une hybridation.
⇒ d’un phénomène de sélection naturelle.
□ d’un phénomène de dérive génétique.