Correction du bac blanc n°2.

1ère PARTIE : Mobilisation des connaissances - Génétique et évolution. Extrait du sujet de Métropole Juin 2014

Eléments de correction.

Critères

Indicateurs

Eléments scientifiques

Idée essentielle :

La diversité des génotypes observée en F2 s’explique par la succession du brassage interchromosomique ayant lieu lors de la méiose, suivi par la fécondation.

 

Détails attendus :

  • Le croisement entre un individu de P1 et un individu de P2 aboutit à une F1 homogène constituée d’individus hétérozygotes exprimant les phénotypes dominants pour les caractères étudiés.
  • Le brassage interchromosomique correspond à la migration aléatoire des chromosomes lors de la première division de la méiose.
  • Lors de la méiose chez un individu F1, le brassage interchromosomique est à l’origine de la production de 4 types de gamètes (e+,vg+), (e-,vg-), (e-,vg+) et (e+,vg-) (idée du génotype ; tant pis si pas de convention d’écriture).
  • Le croisement d’un individu de F1 avec un homozygote récessif permet d’obtenir 4 phénotypes en F2[e+, vg+], [e-, vg-], [e+, vg-] et [e-, vg+].
  • Lors de la fécondation, il y a rencontre aléatoire des gamètes.
  • On obtient 25 % de chacun des 4 phénotypes.

 

Synthèse

  • Introduction : problématique avec annonce de sa résolution : Comment aboutit-on à la diversité génétique observée à partir des mécanismes de la reproduction sexuée ?
  • Exposé logique (pas nécessairement de plan en plusieurs parties).
  • Schéma du brassage interchromosomique avec la présence des allèles imposés.
  • Conclusion récapitulant la réponse à la problématique posée (= idée essentielle).

 

 

2ème PARTIE - Exercice 1 - Pratique d'un raisonnement scientifique dans le cadre d'un problème donné - Le domaine continental et sa dynamique. Extrait du sujet de Nouvelle-Calédonie mars 2015.

1- Une particule de 0, 1 mm :

☐ a. est transportée par un courant à la vitesse de 0,2 cm/s
☐ b. sédimente quelle que soit la vitesse du courant
→ c. est transportée par un courant à la vitesse de 10 cm/s

 

2- Les particules inférieures à 0,01 mm :

☐ a. nécessitent une vitesse du courant supérieure à 1 cm/s pour sédimenter
☐ b. nécessitent une vitesse du courant inférieure à 100 cm/s pour être érodées
→ c. sont transportées par un courant à la vitesse de 10 cm/s

 

3- Le transport et la sédimentation d'une particule dépendent :

☐ a. uniquement de la dimension de cette particule
→ b. de la dimension de cette particule et de la vitesse du courant
☐ c. uniquement de la vitesse du courant

2ème PARTIE – Exercice 2 - De la diversification des êtres vivants à l’évolution de la biodiversité. Extrait du sujet de Métropole septembre 2016.

Eléments de correction.

 

Critères

Indicateurs

Eléments scientifiques issus des documents

Document 1 :

  • Les deux Ours ont une morphologie proche mais avec des différences : dimensions de la tête et du corps plus importantes pour l’Ours polaire ainsi que griffes courtes et doigts palmés.
  • Les périodes d’accouplement sont différentes mais avec un chevauchement.
  • Les régimes alimentaires sont différents (carnivore contre omnivore) ainsi que le milieu de vie.
  • L’hibernation est aussi différente.

 

Document 2 :

  • Les 3 individus possédant 50 % du génome du Grizzly et de l’Ours polaire prouvent que l’hybridation entre les deux espèces est possible.
  • L’individus qui possède 25 % du génome de l’Ours et 75% du génome du Grizzly prouve que les hybrides obtenus peuvent être fertiles.

 

Document 3 :

  • Les trois espèces d’Ours partagent un grand nombre d’allèles en commun.
  • Pour les gènes SAP l’Ours polaire partage plus de 3,5 millions d’allèles avec le Grizzly alors qu’il n’en partage que 789 mille avec l’Ours noir ; pour les gènes SNP, l’Ours polaire partage 8 440 allèles avec le Grizzly et seulement 1155 avec l’Ours noir.
  • Le Grizzly et l’Ours polaire sont très proches génétiquement.

 

Document 4 :

  • Dans l’extrême nord de l’Alaska et du Canada, les aires de répartition de l’Ours polaire et du Grizzly se chevauchent.
  • Donc possibilité de rencontre et d’accouplement durant les mois communs.

Eléments scientifiques issus des connaissances

  • Deux individus appartiennent à la même espèce s’ils se ressemblent et s’ils peuvent se reproduire en ayant une descendance fertile.

Démarche

Problématique :

Quels sont les arguments qui permettent d’affirmer que l’Ours polaire et le Grizzly appartiennent à deux espèces différentes et quels sont qui permettent d’affirmer qu’il s’agit de deux populations d’une même espèce ?

 

Réponse :

Les informations du document 1 vont plutôt dans le sens de deux espèces alors que les informations des documents 2, 3 et 4 vont plutôt dans le sens de deux populations d’une même espèce.

 

×