Lexique du thème 2.

Chapitre 1 : L’atmosphère primitive et son évolution.

  • Atmosphère oxydante : atmosphère contenant de l’O2.
  • Atmosphère primitive réductrice : atmosphère initiale dépourvue d’O2.
  • Cyanobactéries : Bactéries autrefois classées improprement dans le groupe des « algues bleu-vert ». Ces êtres procaryotes sont capables de réaliser la photosynthèse grâce à des pigments chlorophylliens.
  • Dégazage : évacuation des gaz contenus dans le manteau terrestre au cours des manifestations volcaniques.
  • Fers rubanés : minerais très riches en fer formés par l’alternance de lits clairs (siliceux) et de lits rouges (riches en oxydes ferriques). Ils représentent 90 % du minerai de fer exploité dans le monde. Ils se sont formés de – 4 à – 2 Ga.
  • Photosynthèse : processus de formation de matière carbonée organique à partir de la conversion de l’énergie lumineuse en énergie chimique. La photosynthèse utilise le CO2 comme source de carbone et rejette de l’O2. L’énergie lumineuse est captée par des pigments chlorophylliens.
  • Stromatolites : dépôts calcaires réalisés par les Cyanobactéries. Elles sont connues depuis – 3,5 Ga.

Chapitre 2 : L’évolution climatique et atmosphérique récente.

  • Banquise : étendue de mer gelée pouvant atteindre 1,5 à 2 mètres d’épaisseur, se formant durant l’hiver polaire lorsque la température de l’eau de mer descend en dessous de – 1,8°C.

 

  • Biome : aussi appelé macrosystème, c’est un très vaste milieu de vie, d’extension mondiale, sous un même climat. Les principaux biomes sont la toundra, la forêt tempérée, la savane, la steppe, le désert, la forêt tropicale et équatoriale, les eaux fluviales, les eaux saumâtres, le littoral, les abysses.

 

  • Diagramme pollinique : représentation graphique de l’évolution des fréquences des pollens de différentes espèces (en général en abscisses) en fonction de la profondeur des sédiments, donc de l’âge (en général en ordonnées). Ces diagrammes permettent de reconstituer l’évolution du paléo-climat et du paléo-environnement d’un territoire donné.

 

  • Foraminifère : animal unicellulaire, surtout marin, possédant un test carbonaté (carbonate de calcium : CaCO3) synthétisé à partir d’éléments puisés dans son environnement et s’accumulant après sa mort dans les sédiments.

 

  • Gaz à effet de serre : composant gazeux qui absorbe le rayonnement infrarouge émis par la surface terrestre contribuant ainsi à l’effet de serre. Les principaux gaz à effet de serre qui existent naturellement dans l’atmosphère sont : la vapeur d’eau (H2O), le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4), le protoxyde d’azote (N2O), l’ozone (O3). Les gaz industriels, en plus de ceux cités, comportent essentiellement des gaz fluorés comme les CFC.

 

  • Inlandsis : calotte glaciaire située aux pôles et ayant une superficie égale ou supérieure à 55 000 km², aussi appelée calotte polaire.

 

  • Période glaciaire : époque durant laquelle les températures relativement froides permettent la mise en place de calottes polaires permanentes aux pôles.

 

  • Période interglaciaire : époque durant laquelle les températures relativement douces et pour laquelle on note l’absence de calotte polaire.
  • Spectre pollinique : représentation, sous la forme d’un diagramme circulaire, des proportions (en %) des grains de pollen des différentes espèces présentes dans un niveau donné, donc à un moment donné.

 

  • Thermomètre isotopique : moyen d’estimer une température fondé sur la mesure du contenu isotopique d’un échantillon.

Chapitre 3 : Le système climatique terrestre et l’effet de serre.

  • Aérosols : particules solides ou liquides en suspension dans l’air, mesurant entre 0,001 et 0,01 µm. Les aérosols influent sur le climat directement, en diffusant et en absorbant le rayonnement, ou indirectement, en constituant des noyaux de condensation pour la formation des nuages ou en modifiant les propriétés optiques et la durée de vie des nuages.

 

  • Albédo : rapport entre le rayonnement solaire réfléchi et reçu par une surface, de valeur comprise entre 0 (surface parfaitement absorbante) et 1 (surface parfaitement réfléchissante).

 

  • Bilan radiatif : différence entre le rayonnement solaire incident reçu par la Terre et son atmosphère et le rayonnement thermique réémis par cet ensemblevers l’espace (exprimé en W. m-2). Le bilan radiatif est nul à l’échelle global et pour un an. En revanche, il change selon la saison et le lieu.

 

  • Effet anthropique : résultat de l’activité humaine.

 

  • Energie solaire incidente : énergie solaire arrivant à la surface de la Terre.

 

  • Gaz à effet de serre : composant gazeux qui absorbe le rayonnement infrarouge émis par la surface terrestre contribuant ainsi à l’effet de serre. Les principaux gaz à effet de serre qui existent naturellement dans l’atmosphère sont : la vapeur d’eau (H2O), le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4), le protoxyde d’azote (N2O), l’ozone (O3). Les gaz industriels, en plus de ceux cités, comportent essentiellement des gaz fluorés comme les CFC.

 

  • Rétroaction positive : lorsqu’une composante du système climatique est modifiée par une hausse de la température moyenne et que cette modification agit en retour sur le climat en amplifiant le réchauffement, on parle de rétroaction positive. Au contraire, une rétroaction négative affaiblit le réchauffement.

Chapitre 4 : Variations climatiques et atmosphériques à l’échelle des temps géologiques. Exemple : le Crétacé.

  • Indicateurs climatiques : ensemble de paramètres qui par leur variation ou leur présence indique un climat particulier.

 

  • Effet de serre : phénomène par lequel l’atmosphère d’une planète produit un réchauffement de sa surface. L’effet de serre met en jeu l’absorption de rayonnement infrarouge émis par la surface planétaire.

 

  • Carbonates : composés chimiques contenant l’ion CO32-, dont le plus abondant sur Terre est le carbonate de calcium (CaCO3).

 

  • Indice stomatique : pourcentage de stomates par rapport au nombre de cellules épidermiques d’une feuille.

 

  • Provinces volcaniques géantes : vastes étendues de basaltes issues de l’activité de points chauds intra-plaques, particulièrement actifs au Crétacé.

 

×