Correction du DS1

PARTIE 1 : Représentation visuelle

Extrait du sujet de Métropole session juin 2017.

 

Eléments de correction.

 

Critères

Indicateurs

Eléments scientifiques issus des documents

Document 1a :

M. X est un patient âgé de 50 ans et atteint de troubles de la vision.

Son fond d’œil ne montre aucune atteinte de la fovéa ni du départ du nerf optique.

La rétine porte de taches blanchâtres non localisées ainsi que des taches noires.

 

Document 1b :

Des taches blanchâtres non localisées sont des exsudats lipidiques.

Des taches blanchâtres localisées au niveau de la rétine sont un drusen.

Des taches noires sont des hémorragies rétiniennes.

 

Document 2 :

Les hémorragies rétiniennes provoquent une perte de la transparence de l’humeur vitrée.

 

Document 3 :

Définition du pouvoir d’accommodation.

L’accommodation diminue avec l’âge.

Une correction est nécessaire pour une accommodation inférieure à 3 dioptries.

 

Eléments scientifiques issus des connaissances

Connaissances issues des SVT :

La lumière doit traverser des milieux transparents pour atteindre la rétine.

 

Connaissances issues de Sciences Physiques :

Le cristallin modifie la vergence.

La presbytie est un défaut de l’accommodation (manque de vergence).

La presbytie est corrigée par des verres convergents.

Démarche

 

Problématique :

Pourquoi la correction par les verres est utile à M. X mais insuffisante pour traiter tous ses troubles visuels ?

 

Développement en 2 parties :

Explication de la nécessité des verres convergents.

Diagnostic de la rétinopathie diabétique.

 

Réponse à la problématique :

Du fait de son âge, M. X est atteint de presbytie qui est corrigée par le port de verres convergents.

M. X est aussi atteint de rétinopathie diabétique qui a opacifié son humeur vitrée, ce qui n’est pas corrigible par les verres prescrits.

 

PARTIE 3 : Représentation visuelle

Question 1 :   
A partir des documents, concernant la relation entre acuité visuelle et organisation de la rétine d’un individu sans trouble visuel, on peut dire que l’acuité visuelle est :

Cocher uniquement la réponse exacte :
⇒ maximale dans la zone riche en cônes
□ maximale dans la zone riche en bâtonnets
□ minimale dans la zone riche en cônes
□ maximale au niveau du nerf optique.

 

Question 2 :    
Concernant l’origine des problèmes de M. Y., l’étude des documents montre que chez lui :
Cocher uniquement la réponse exacte :
□ le cristallin est opaque
□ le cristallin est indéformable
□ la rétine présente une anomalie des vaisseaux de la rétine
⇒ la rétine présente une anomalie au niveau de la fovéa.

Question 3 :

En utilisant les données des documents, ainsi que vos connaissances, proposer une hypothèse pour expliquer les problèmes visuels rencontrés par Monsieur Y, suite au traitement par les antipaludéens de synthèse.

On observe que M. Y a un trouble de la vision centrale or son fond d’œil montre une anomalie au niveau de la fovéa. La fovéa est responsable de la vision centrale. De plus, M. Y ne distingue plus le jaune du bleu. Au niveau de la fovéa, il y a des cônes qui sont sensibles à la couleur. Il existe des cônes sensibles au rouge, des cônes sensibles au bleu et des cônes sensibles au vert. Pour voir le jaune, on utilise les cônes sensibles au bleu et ceux sensibles au vert. Comme M. Y ne distingue plus le jaune du bleu, on peut penser que les médicaments antipaludéens ont détruit les cônes sensibles au vert.